l\'indigné

NE PAS SE TROMPER D ENNEMI, CHOISIR LA BONNE COLERE

Chèr-e-s camarades
 
 NE PAS SE TROMPER D ENNEMI, CHOISIR LA BONNE COLERE 

Traités européens, autoritaires et austéritaires  548460_423533271041013_1729012243_n

 

Une chose est sure, partagée par tous, c’est la crise. Depuis plus de 30 ans, le chomage est a des niveau très élevé, et aucune politique n’y a rien changé. Sauf le tournant  » libéral » des année 1980 a amené un fait nouveau : si les profits des patrons n’ont cessé de progresser, les droits sociaux des travailleurs n’ont de cesse, eux d’être « réformés » : salaire, retraite, assurance maladie, temps de travail, etc. Jusqu’au déclenchement de la crise dite  » fiancière », suivie de celle dite de la dette, suivies d’un reforcement des attaques contre les protections sociale, le droit du travail et des vagues de licenciments. A l’opposé, une concentration de plus en plus visible de la richesse. face à un patronat triomphant et aux Etats et gouvernements qui mettent en oeuvre les conditions de cette domination, les salariés, les petits paysans et les artisants sont appelés à se « serrer la ceinture » et tout faire pour éviter de plonger dans une grande précarité.(….)sans parler des didacture des colonels en GrèceSans parler des dictatures néocoloniales du continent africain ou du monde arabe. Le constat est toujours le même : lorsque l’extrême droite sous toutes ces formes arrivent au pouvoir, les Etats « démocratiques » aux mieux critiques sans rien faire, au pire soutiennent voir organisent. la toile de fond est toujours la même : lutte contre le communisme et ses expressions syndicales ou politiques, nationalisme exacerbé et mythologie défense des  » valeurs traditionnelles  face aux « agressions mondialistes » ou a la mauvaise influence des culture étrangères » ( qu’elles viennent des juifs, noirs ou des musulmans, etc…)

 

Diviser pour meiux régner

Les dérives autoritaires actuelles, en France comme ailleurs ( Hongrie, en Grèce, avec l’entrée de l’extrême droite au gouvernement, etc..) relève d’une continuité historique . La stratégie est simple : diviser les travailleurs pour assurer le patronat, avec en premier ennemi l’étranger, l’immigré, celui qui « vole le pain et le travail », profite de la bonté de l’occident », menace nos valeurs avec sa religion (…)

 

 

 

l'économie mondiale en feu ! dans Economie racisme-23-150x150

 

 

 

 » Le fascisme international, c’est la contre révolution préventive, c’est la Sainte Alliance des natis terrifiés, la dernière cartouche contre ce rassemblement populaire qui déjà, dans le monde entier, allait détruire les privilège d’un capitalisme moribond« 

Lucie Aubrac, Libération ( journal de la résistance), 1er mars 1943  

angela merkel,georges papandréou,jean-claude juncker,jean-claude trichet,nicolas sarkozy,gouvernance économique,gouvernement,crise de l’euro,crise grecque,espagne,eurozone,grèce,irlande,portugal,troika,spéculation,capitalisme,néolibéralisme

 

 

A l’extrême droite du père  source : Présentation du blog :Anarkia. Mon blog a pour but d’expliquer la crise permanente » du capitalisme, ces dérives, les enjeux d’hier et de demain : A l’extrême droite du père – 1ère partie :A l’extrême droite du père – 2ème partie :Reportage sur le milieu intégriste et fasciste de l’extrême droite bordelaise. 3ème partie : Les infiltrés – A l’extreme droit du père (27 avril 2010) :

 

Même patron, même combat

« L’occident ( gouvernement, entreprise et institution internationales) crée des conditions de l’immigrations et hurle ensuite contre « l’invasion des étrangers » et l’impossibilité  » d’accueillir toute la misère du monde« . tout les salariés Tout les salariés, chomeurs, précaires, petits paysans ou artisans n’ont ils pourtant pas les mêmes ennemis, patronat et gouvernemants, qui entretiennent chaque jour l’exploitation, voir la destruction pure et simple?

L’illusion nationaliste

Attention aux droits des femmes

La question sociale

L’alternative syndicale

 

Actuellement, toute l’économie mondiale se trouve en plein marasme et personne ne peut dire quand cela finira. Toutes les grandes régions signalent une croissance en baisse et des problèmes sur les marchés du travail. Les budgets publics surendettés obligent à couper dans les dépenses, ce qui ne fait qu’aggraver la situation. Tout a été essayé. LE NÉOLIBÉRALISME, STADE SUPRÊME ?  et Pourquoi parler de crise ? Posted on 22 avril 2012 by risc

 

 , Crise financière ce que le public devrait savoir, Aller lire : 10 principes de contrôle de la sociétéLes stratégies et techniques employées pour la manipulation de l’opinion publique et de la société

 

, A travers PSA :Comprendre le capitalisme

 

Délits d'initiés , évasion fiscale et capitalisme 

 

Pour couronner le tout, les prix des denrées alimentaires augmentent et l’énergie est chère.

Et si l’Espagne quittait la zone euro ?.

l’économie mondiale en feu ! - anarkia

 

Interview intéressante d’un néolibérale sur un thinh thanks financier ( Japon : cette déflation qui n’en finit pas… | La Quotidienne d’Agora

 

Photo

 

Où allons-nous ? Dans ce contexte de violence économique, sociale et souvent politique, on voit resurgir le spectre des solutions autoritaires de la droite extrême et de l’extrême droite (...)

 

 Cela se traduit par plus de protectionnisme et, sur les marchés des changes, par une surenchère de dévaluation, personne ne voulant être désavantagé par rapport à ses partenaires commerciaux. Cependant, ce comportement ne fait qu’alimenter la crise économique. Et nous voilà pris au milieu des flammes !

 



22/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres